FuG

Allegro - Cathedrale (Barrios) - Souvenir de Torres del Paine

June 14, 2020

Revenons à mon histoire, nous étions arrivés à Ushuaïa après 3 heures d’avion. Notre but était d’aller faire de la randonnée dans la réserve naturelle de Torres del paine et de remonter toute la Patagonie depuis Ushuaia jusque Bariloche où je reprendrais l’avion vers Buenos Aires (voir suite ci-dessous).

 

Notes techniques :

 

Ce morceau est un morceau pour guitaristes avancés pour deux raisons :

  1. Il faut être capable de gérer le phrasé mélodique et de faire ressortir les accents qui permettent à notre oreille de s’y retrouver. Vous voyez que sur cette vidéo que je commets quelques erreurs techniques : il y a certaines notes qui ne sonnent pas. Ceci ne m’empêche pas de continuer dans le timing que je m’étais fixé à la base car j’ai en tête la mélodie, mon esprit se concentre sur cette dernière et non sur où je dois mettre mes doigts. Ce qui, quand vous jouez en public est très important car vous voulez laisser l’auditeur dans l’instant musical que vous avez créé.

  2. Il y a des passages assez compliqués à gérer pour la main droite et notamment durant les sauts de cordes (cela ne tombe pas toujours dans les doigts en alternant indexe et majeur, il faut donc ajouter des annulaires quand c’est nécessaire). Ceci nécessite une méthode de travail bien rodée pour être sûr de toujours répéter le même geste. Les erreurs techniques dont je parlais ci-dessus sont liés à cette difficulté (et oui, il y a encore du travail). En plus de cela il faut gérer le timing des coulés (c’est-à-dire qu’il faut les faire sonner dans le même espace-temps que les notes qui les entourent). Les coulés sont cependant un avantage, car bien placés, ils nous permettent de répéter un doigt de la main droite.

...

 

Torres Del Paine fait partie de la Cordière de Andes (Chili). Il tient son nom de trois formations granitiques emblématiques du massif del Paine : les Torres (Tours) del Paine. Celles-ci lui confèrent un fort attrait touristique. De nombreux sentiers et refuges permettent d'en faire un lieu majeur de trekking (source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Parc_national_Torres_del_Paine).

 

Vous ai-je dit que nous étions passé d’une température de 40°C (à Buenos Aires) à une température avoisinant les 0 degré ? Nous étions, en tous cas moi, mal équipé pour ce trek car il avait fallu faire des choix pour mettre les bonnes affaires dans le sac-à-dos et donc gérer 2 environnements complètement différents.

 

J’apparente la pièce joué ci-dessus à cette aventure car, quand nous sommes arrivés au refuge principal, la tempête faisait rage. Je me souviens qu’on voyait les gens en train de dresser leurs tentes sur les emplacements prévus à cet effet et ils avaient beaucoup de mal pour y arriver. Quand je joue la partie principale de cette pièce (celle par laquelle le morceau commence), le thème me donne l’impression d’une tempête de notes tourbillonnantes, c’est pour cela que j’ai choisi de vous raconter cette histoire en vous jouant ce morceau.

 

Malgré cette tempête, nous décidâmes de profiter de l’instant unique et de nous lancer dans la randonnée (nous savions que nous serions ensemble à cet endroit et dans ces conditions qu’une et une seule fois) sans avoir au préalable pris des précautions pour nous loger, nous disant que nous trouverions bien un logement le moment venu. Je me souviens monter les premières pistes de terre en penchant la tête vers l’avant pour lutter contre le vent.

 

 

Pour plus de détails sur le trek, vous pouvez visiter ce blog (en anglais : https://scarlettla.blogspot.com/2014/01/highlights-of-patagonia-in-summer.html.

 

Quelques instants plus tard, le ciel s’était dégagé et nous donna confiance pour nous lancer un peu plus dans l’aventure.

 

Nous continuâmes donc notre randonnée à travers des chemins de moins en moins balisés (nous sommes en Amérique latine et en plus dans un milieu sauvage, pas de garde ou de sécurité tous les X kilomètres).

 

Nous montâmes donc jusqu’au glacier (Grey) parcourant les paysages et les vues (mirador) qui nous laissèrent entrevoir des lieux de nature sauvage sans précédent. En continuant, plus loin, mon amie se croqua la cheville sans y prêter garde de suite de telle sorte que nous parvenions à monter jusqu’au glacier.

 

La récompense fut grande tant la vue de ces reliefs abruptes et chaotiques surplombés d’une couche de neige et de glace nous fit rêver après avoir marché pendant quelques heures.

 

Nous étions maintenant au milieu de l’après-midi et il nous fallait décider comment faire pour passer la nuit au chaud sachant qu’on avait laissé les sac-à-dos en bas pour ne pas être trop chargés et en prenant en compte la cheville douloureuse de mon amie. Nous avons hésité mais nous nous sommes finalement résignés, il nous fallait trouver un refuge, cela tombait bien il y en avait un non loin du glacier.

 

Nous étions trempés et sans affaires de rechange mais nous étions contents de pouvoir prendre une douche et dormir dans un lit, le sommeil fut lourd et récupérateur. Et nous repartions le lendemain matin vers de nouvelles aventures.

 

PS: le son et image de la vidéo sont enregistrés à l'aide d'un téléphone portable, le but n'étant pas la recherche d'un son et image parfaits mais bien le partage spontané d'un souvenir. 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

© FuGa 2017